Jefferson

par CDI Collège Proudhon  -  16 Octobre 2019, 19:29  -  #Genre : Policier, #Genre : Merveilleux, #Thème : animal, #Nature : roman

Jefferson

Jefferson de Jean Claude Mourlevat

Jefferson est un hérisson de 72 cm. Il parle, il est sympathique, sensible, intelligent et il vit au pays des animaux . Vous pensez que je vais vous raconter un joli conte pour enfants ? Détrompez-vous ! Au fil des pages, le conte merveilleux devient grinçant et laisse place à un cri à l'encontre d'une violente réalité : la maltraitance et la souffrance des animaux dans les abattoirs... Un témoignage acide que l'on reçoit comme une gifle... Mais revenons à Jefferson.

Jefferson est accusé à tort d'avoir tué son ami Edgar le coiffeur. En réalité, il essayait juste d'ôter les ciseaux plantés dans le corps sans vie du blaireau qu'il venait de découvrir lorsqu'une chèvre endormie (qui attendait de se faire coiffer sur un siège à côté) se réveille et se met à hurler à l'assassin ! Le hérisson prend peur et s'enfuit, se désignant sans le vouloir, comme le coupable idéal. Avec l'aide de Gilbert, son ami cochon, Jefferson part se cacher dans une cabane dans la forêt car les gendarmes le traquent et sa photo fait la Une de tous les journaux. Les deux amis décident alors de partir au pays des hommes chercher le véritable meurtrier et prouver ainsi l'innocence de Jefferson.

Là-bas, rapidement,  Jefferson s'insurge contre le comportement irrespectueux des hommes à leur égard. Il regrette que les animaux qui parlent soient perçus par les hommes comme des êtres inférieurs... mais il s'estime heureux car les animaux qui parlent peuvent se défendre ; ce n'est pas le cas des animaux familiers qui ne sont pas toujours protégés par leur maître et des animaux d'élevage destinés à la boucherie.

En poursuivant leur enquête, les deux compères apprennent qu'Edgar le coiffeur louait une chambre au pays des hommes et qu'il y dormait un jour par semaine. De fil en aiguille, ils découvrent que le blaireau était un fervent militant de la cause animale et qu'il avait infiltré un abattoir pour témoigner du traitement réservé aux vaches, cochons, poulets qui allaient se faire tuer. Gilbert le cochon se rend alors dans l'abattoir et il en revient traumatisé par ce qu'il a vu.

Gilbert et Jefferson - avec l'aide d'autres animaux venus faire du tourisme au pays des hommes - finiront par coffrer ( au sens propre comme littéral) les deux assassins commandités par les lobbies de l'industrie de la viande . Ils savent que la lutte contre les souffrances animales sera longue mais il ne désespèrent pas !

Un très bon livre de l'auteur de La rivière à l'envers qui ne nous laisse pas indifférent à la cause animale ! Franchement, c'est à lire ! 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :